Bienvenue sur Geek In Box Pourquoi m'inscrire ?

J'ai accès à la section 16+.

Je n'ai plus besoin de remplir les champs relatifs aux commentaires.

Je peux devenir contributeur et participer activement au contenu du site.

Qu'est-ce qu'un contributeur ?

Un contributeur est un membre de la communauté Geek In Box qui souhaite participer au contenu du site en proposant des articles.

Il aura accès à une interface de rédaction complète dans laquelle il pourra créer ses articles et les mettre en page, en combinant texte et photos.

Ses news seront ensuite relues et seront validées ou refusées par les administrateurs.

Connexion
Mot de passe perdu ?
Pas encore membre ? Rejoignez les 5723 inscrits !

En vous inscrivant, vous aurez accès à la rubrique 16+ qui peut comporter des vidéos et des photos pouvant heurter la sensibilité de certaines personnes.

Par conséquent, en accédant à cette section, je certifie avoir + de 16 ans.



6 × sept =


 

Figurines U.S Figurines Japonaises Figurines Sexy Tests Commentaires Forum GIB Collections Geek in box
Sections du site Figurines US Figurines Manga

Tsume Art et Aleksi Briclot, l’interview HQS Worlds and Wonders

Bustes et statues, Goodies US

Cyril Marchiol, fondateur de la société Tsume Art s’est rapproché du graphiste de talent Aleksi Briclot dans l’optique de créer conjointement une statue issue de l’univers Worlds and Wonders (Editions CFSL INK). Pour Geek in Box, c’est l’occasion de percer un peu les secrets de la conception d’une résine ambitieuse, digne des plus belles productions américaines. Un fabricant, un artiste et un site européens s’unissent donc pour vous proposer un aperçu des coulisses de l’élaboration de Azzar’Hi en High Quality Statues.

 

Aleksi , pour les lecteurs qui ne te connaissent pas, pourrais-tu nous résumer ton parcours en quelques mots ?

Je suis graphiste, je travaille à la fois dans l’illustration, le comic books et la bande-dessinée. J’ai travaillé aussi en tant que concept artist dans le jeu vidéo et je suis cofondateur d’un gros studio de jeux vidéos qui s’appelle Dontnod Entertainment. Donc je dirais que j’ai un background assez éclectique. Ça vient sans doute du fait que j’avais peur à mes débuts de ne pas trouver assez de travail et je voulais développer mon portfolio au maximum. Plus que tout le reste, c’est aussi une curiosité naturelle, un besoin de passer d’un projet à un autre et de me renouveler.

PAT : Tu te définis quand même plus comme un illustrateur ?

Aleksi : Pas uniquement. Quand tu travailles en bande-dessinée, ce n’est pas la même chose que l’illustration. L’illustration c’est du travail de synthèse et ça ne fait pas du tout appel aux mêmes ressources. Idem en jeu-vidéo, ça te demande de trouver les meilleures idées, la facture de ton design oriente les équipes mais une fois de plus, ce n’est pas équivalent à l’élaboration d’une image chiadée.

PAT : Tu es donc un artiste multiple. Es-tu autodidacte ?

Aleksi : J’ai fait une école de graphisme orientée image de com’ qui m’a apporté une bonne culture visuelle. Mais pour le dessin figuratif, c’est quelque chose que j’ai abordé par le biais de petits fanzines. Lorsque je les recevais, j’étais tout heureux d’être publié ! J’ai aussi appris par moi-même et creusé dans mon coin à mes débuts.

PAT : C’est quand même une passion au départ.

Aleksi : Je dirais que je suis tombé dedans quand j’étais petit. Plus tard, en me lançant sur le marché du travail, je suis passé par beaucoup de périodes de doutes, je n’aurais jamais pensé travailler avec les gens importants que je croise aujourd’hui mais j’étais mu par une sorte de dynamique et les choses se sont faites petit à petit.  La grande question qui me taraudait au début, c’était comment vivre de ce métier. Personne ne m’a guidé pour me vendre or, tu as beau être un super bon artiste, si tu restes dans ta cabane au fond des bois, tu n’y arriveras pas. Il faut s’adapter au vrai monde !

On connaît tes travaux pour beaucoup de choses différentes : Magic, Spawn, des illustrations pour Dark Horse, Merlin, Café Salé et bien sûr ton artbook Worlds and Wonders. Mais lorsque l’on fouille un peu du côté des figurines, on tombe uniquement sur des produits type jeu de plateau comme les Horrorclix ou Dreamblade. Quelles sont tes références en matières de figurine ?

Aleksi : Sur Dreamblade et Horrorclix, j’ai uniquement fait des illustrations. C’était d’ailleurs assez drôle parce que je recevais des prototypes de petites figurines et avec ce design réalisé en amont, on me demandait de produire une belle illustration. Je ne vais pas citer la référence mais sur un concept de ce genre là où j’avais trois ou quatre figurines, le produit était vraiment atrocement laid ! J’ai du m’approprier le truc et en faire une belle image. Au final, le commanditaire m’a dit qu’il ne pensait pas possible de faire quelque chose d’aussi classe !

Horrorclix, c’était pas mal d’ailleurs, j’y ai même joué quelques fois. Côté figurines, j’ai aussi eu une PVC issue de ma première graphic novel Spawn : le Necro Cop. En revanche, je n’avais pas du tout été dans la boucle concept pour retravailler dessus avec McFarlane Toys. J’ai été frustré de pas pouvoir l’améliorer pour sa PVC notamment parce que j’avais inventé le personnage un peu dans l’urgence pour les planches du comics.

Tu es un enfant des années 80, une période fondatrice pour la culture du jouet, quelles sont les figurines qui ont bercé ton enfance ?

Aleksi : J’adorais les Lego pour créer des  univers. J’aimais aussi les robots transformables, M.A.S.K pour leurs mécanismes, G.I Joe aussi pour lesquels j’inventais des fiches de personnages comme au dos de la boite. C’est un petit peu les prémices de ce que je fais maintenant au niveau pro. Ça vient de là finalement.
Quoi d’autre… Robotech (Maccross), j’adorais les Valkyries, pour moi en travail de conception, c’était le top !  Ça me faisait rêver parce que c’était crédible.

PAT : Transformers, Maîtres de l’Univers, Blackstar ?

Aleksi : Oui j’en ai eu aussi mais un truc que j’aimais beaucoup c’était Starcom. Il y avait justement tout cet aspect géométrique avec un bon boulot de design un peu industriel. Et toi Cyril Marchiol ?

Cyril M : Moi j’aimais la bagarre ! Non, sérieusement, j’étais très jeu de société en fait puis Saint Seiya à mort. J’avais les chevaliers de Bandaï en diecast.

 

Tu as un grand talent pour réinterpréter des personnages, y-a-t-il des jouets, des figurines old school comme les maîtres de l’univers ou les Cosmocats qui pourraient t’inspirer pour créer de nouvelles versions ?

Aleksi : Ooooh tu vas m’exciter là ! (rires). Y’a plein plein de sujets… Le kiff que je peux avoir c’est l’attrait initial, l’aspect nostalgie. Dans le cadre d’un travail libre de relecture complète, j’aurais aimé faire un projet qui gravitait dans l’univers d’un cross-over space opera qui aurait repris Albator, Ulysse 31, Cobra et Capitaine Flam. J’avais même fait des croquis à l’époque et j’avais commencé des séquences story-boardées que je voulais utiliser en prises de vue réelles avec l’aide d’amis. Ça aurait été un gros gros projet et c’était pas trop viable. Je m’étais aussi renseigné pour en faire un B.D plus adulte en me demandant ce que j’aimerais voir de ces personnages là maintenant. Mon idée, c’était de trouver un moyen de respecter l’œuvre et d’en faire une relecture classe.
Cyril, si tu veux travailler pour récupérer ces franchises là et avoir une certaine marge de manœuvre, je suis open !

Cyril M. : Justement je réfléchissais à une bonne vieille licence…

Aleksi : Pour revenir à mon idée, sans trop me la spoiler, j’aurais bien aimé faire ce mélange de personnages qui ont des points communs. Si tu regardes un peu, ils ont tous un gros vaisseau avec une intelligence artificielle et ils puisent dans un panthéon préexistant. Ulysse 31, c’est le côté antique, l’odyssée, chez Albator, on a des réminiscences de mythologie scandinave, du coup, tu mets Capitaine Flam là dedans et tu as un air de famille. Ils pourraient se croiser. Bref, je trouve qu’il y a plein de similitudes. Pour Cobra, j’aurais conservé les traits de Jean-Paul Belmondo mais complètement refait son Psychogun, par exemple.

 

Pour l’illustration, tu as beaucoup de références et d’inspirations mais as-tu des références actuelles pour les figurines ? Y-a-t-il des fabricants que tu aimes ? Es-tu collectionneur toi même ?

En fait, moi j’adore la sculpture. Petit, je faisais des sculpture en latex, je créais des prothèses de zombie que je collais sur ma frangine, je faisais des maquettes en scratch. J’aurais aimé bosser tout ça d’avantage et du coup les figurines et les volumes m’ont toujours attiré. En ce moment, j’aime beaucoup World War Robot de Ashley Wood et Armored Core. Je ne parle que de mechas et de robots mais j’aime évidemment tout ce qui touche au corps humain… En fait, je veux être surpris par des choses complexes mais plausibles. J’aime être interpellé par des choses que j’ai jamais vues avant. J’adore le sculpteur Yasushi Nirasawa aussi. Il utilise beaucoup de matériaux, c’est très riche, ça me fait penser un peu à Katsuya Terada.

 

La collaboration High Quality Statue Worlds and Wonders

Quelle est la difficulté principale lorsque l’on doit aider à la réalisation d’une statue ? Il faut faire d’une illustration un objet, est-ce difficile d’en imaginer toutes les vues ? Cette expérience t’a-t-elle plu ? Quelle relation as-tu eu avec Cyril Farudja ?

Aleksi : Cyril, tu veux raconter un peu comment ça s’est passé au début ?

Cyril M. : J’ai été voir Aleksi sur la convention FACTS mais il était méfiant au début. J’ai essayé de le convaincre du mieux que je pouvais qu’il fallait qu’on fasse un truc ensemble pour monter un projet qui soit le top du top niveau qualité. Je voulais prouver qu’en Europe on pouvait gérer une conception de statue à un haut niveau au même titre que les américains et les japonais. Au fur et à mesure, il s’est laissé convaincre.

Aleksi : C’est vrai que j’étais septique par rapport au catalogue de Tsume. Pas en termes de qualité mais d’affinités. C’était surtout des produits issus de licences manga stylisées, très en rondeur, ça ne me correspondait pas vraiment. J’ai quand même été embarqué par Cyril et aujourd’hui face au prototype de Azzar’Hi présenté à la Japan Expo,  mes attentes initiales sont dépassées. Je suis content du résultat mais au delà de ça, la collaboration avec Cyril Farudja  était un plaisir et  m’a permis de m’impliquer. C’est notre bébé commun, on propose quelque chose dont on est fier. J’avais jamais fait ça avant, le volume m’intéresse vraiment. Ce n’est pas sans lien avec ce que je fais dans le jeu vidéo mais cette fois ci, le rendu ne reste pas virtuel et devient un objet bien présent autour duquel on peut tourner.

PAT : Tu as dû quand même refaire des dessins pour la High Quality Statue ?

Aleksi : Oui, Cyril F. a eu tout un travail de réinterprétation à faire, des choses à résoudre. Il me demandait plus d’infos sur le plastron par exemple, m’interrogeait sur des parties à l’arrière. Même moi, j’ai dû développer l’idée d’avantage. Par écran interposé, on faisait des sessions de travail en live. Il bossait sur Z Brush, en même temps je faisais des imprim ecran, je repeignais dessus, je lui redonnais. C’était un vrai échange et on s’est même trouvé des affinités artistiques.

 

La figurine est souvent le prolongement d’œuvres existantes (illustrations, films, jeux vidéo…) mais du point de vue d’un collectionneur, les rôles s’inversent parfois. As-tu déjà pensé que le public pourrait arriver à ton travail par une figurine qui en est dérivée ? (la HQS notamment). Est-ce une bonne chose selon toi ?

Aleksi : Quelque part, c’est quelque chose qui m’est déjà arrivé. Par exemple, j’ai signé des cartes Magic The Gathering dans des conventions pour des gens qui sont fans de la carte. Il aiment la carte pour son efficacité dans le jeu et arrivent à moi parce que je suis associé à ce produit.

PAT : Finalement, ton côté touche à tout fait qu’on arrive à toi souvent par un aspect de ton travail.

Cyril M. : On peut être fan du travail d’Aleksi sans le savoir.

Aleksi : C’est vrai, dans ma boite de prod par exemple, un collègue avait une image très connue de zombie en fond d’écran. Je lui dis « tiens, c’est marrant, c’est moi qui l’ai faite », le mec le savait pas. Mais pour Azzar’Hi, on ne peut pas dire de toutes façons qu’elle est dérivée d’un grand background avec un logo hyper reconnaissable par exemple.

Cyril M. : Moi ce que je voulais faire de toute façon, c’est un produit qui ressemble à Aleksi. C’est un produit signature.

Aleksi : Nous voudrions d’ailleurs donner une touche personnelle au coffret HQS Azzar’Hi en ajoutant un ex-libris par exemple. Moi en tant qu’acheteur j’aime bien avoir un objet un peu unique. On aimerait développer un petit livret avec les phases de conception, des petits bonus. Il faut des choses qui personnalisent mais rien de tout cela n’est vraiment décidé.

 

McFarlane Toys et Spawn, que tu connais bien, ont révolutionné le marché de la figurine collector dans les années 2000 avec, notamment des sculptures très détaillées. Penses-tu que ta statue Worlds and Wonders est un peu l’héritière de cette révolution ? 

Aleksi : Peut-être que si j’ai bossé sur Spawn, c’est justement parce que j’avais des affinités avec son univers. Là on retombe juste un peu dans ce monde. C’est plus une histoire de thématique je pense.

PAT : Oui mais un ancien collectionneur de figurines Spawn ne va-t-il pas reconnaitre un peu ce qu’il a aimé dans ces produits ?

Aleksi : Azzar’Hi est aussi une synthèse de mes œuvres. Elle est d’ailleurs en couverture de mon art book et synthétise tous mes travaux. En un sens, comme j’ai bossé dans le comic book, elle porte un peu de ça en elle oui. Rien ne se crée ex nihilo, et effectivement peut-être que dans cette statue ça se ressent.

PAT : Du fait qu’elle devienne une statue, elle s’affilie un peu à l’histoire des figurines et donc à ce changement apporté par Mc Farlane sur le marché.

Cyril M. : Effectivement, je pense que les gens qui ont aimé Mc Farlane peuvent retrouver un petit quelque chose, un petit touché mais c’est bon pour nous. C’est pas du Mc Farlane évidemment mais il y a peut-être un peu de ça.

Aleksi : D’ailleurs chez Mc Farlane, il y avait des choses de grande qualité en terme de sculpture et de posing. Ce serait donc plutôt flatteur pour notre HQS.

Pour l’instant, Tsume est aux yeux du public très assimilé au monde du shônen et de l’animé. Affectionnes-tu l’univers animé japonais ? Lis-tu des mangas, si oui lesquels ?

Aleksi : Comme beaucoup de gens, je suis tombé dans le culture Dorothée et j’avais une première sensibilisation sur Ken le Survivant ou les Chevaliers du Zodiaque, par exemple. Après, j’ai jamais été hyper fan d’une série. Akira m’avait marqué quand même…
Je lis plutôt des choses comme 20th Century Boys ou Monster parce que ça dépasse le cadre du dessin pour faire la part belle à la narration. Le côté addictif est important pour moi. Il y a un cliffhanger à chaque chapitre, c’est ça que j’aime.

Nous savons que tu as cofondé le studio Dontnod qui produit des jeux vidéo et notamment Adrift. Est ce que comme Square Enix avec ses Playarts Kaï, nous pourrons un jour acheter des figurines issues des jeux Dontnod ?

Aleksi : Ça se pourrait très bien ! Ce sont même des choses sur lesquelles on a réfléchi. Je travaille sur le studio depuis 5 ou 6 ans déjà et on a fêté nos 4 ans de travail technique. Nous aurons plein de chose à montrer, Adrift (nom temporaire) sera un gros titre et il y aura plein de choses qui iront de paire. Je m’investis beaucoup dans ce projet par passion, ça me prend énormément de temps. Il y aura sans doute des surprises même si je ne peux pas m’avancer pour le moment.

PAT : Plus à la Play Arts Kaï ou en statue ?

Aleksi : je préfère ne rien dire à ce sujet que je puisse regretter. Je ne veux pas m’emballer !

PAT : Aleksi et Cyril, merci infiniment d’avoir répondu à nos questions.

 

Articles similaires :

6 commentaires

  1. avatar rokyo le 8 juillet 2012 à 19:47

    Merci pour l’interview Pat.
    Ca a du être génial de discuter avec ces gens, je t’envies ^^

  2. avatar PAT le 8 juillet 2012 à 20:35

    Oui ça l’était ! Moi et Cyril nous connaissons bien maintenant et Aleksi est très sympa. Cyril Farudja est aussi une personne très accessible.

    C’est sûr que ce sont de bons moments. Sachez tout de même que je fais ça avant tout pour le site est les lecteurs de GIB. J’espère que vous avez un petit goût de nos expériences comme ça.

  3. avatar horseck95 le 8 juillet 2012 à 20:36

    Très bonne interview! Je suis fan d’Aleksi Briclot depuis la parution de son Art-book et j’étais vraiment dégoûté de ne pas pouvoir assister à sa séance de dédicaces à 17h sur le stand Tsume, devant partir à 15h mais cette entrevue me console un peu par la quantité d’info qu’elle distille. On y sent la passion qui t’anime. Merci beaucoup Pat, c’est vraiment du beau boulot.

  4. avatar Akira33 le 9 juillet 2012 à 14:29

    Très sympa cette interview (ainsi que la couverture générale de la JapEx). Si mes souvenirs sont bons, j’ai eu l’occasion de rencontrer Aleksi il y a quelques années à Angoulême alors qu’il travaillait sur Spawn et j’en garde vraiment un bon souvenir.

  5. avatar heimilh le 30 septembre 2012 à 06:24

    Merci, PAT, pour cette interview très intéressante !
    Elle retrace bien la chronologie du monde de la figurine !
    Excellent boulot ! merci de l’avoir partagé avec nous !

  6. avatar crysisjd le 13 août 2015 à 13:59

    Bon j’arrive 3 ans après mais c’est très appréciable ce genre d’article et puis Tsume gère très bien avec leurs figurines qui sont vraiment excellentes ;)

Laissez un commentaire


+ 1 = six

par

le
08/07/2012