Bienvenue sur Geek In Box Pourquoi m'inscrire ?

J'ai accès à la section 16+.

Je n'ai plus besoin de remplir les champs relatifs aux commentaires.

Je peux devenir contributeur et participer activement au contenu du site.

Qu'est-ce qu'un contributeur ?

Un contributeur est un membre de la communauté Geek In Box qui souhaite participer au contenu du site en proposant des articles.

Il aura accès à une interface de rédaction complète dans laquelle il pourra créer ses articles et les mettre en page, en combinant texte et photos.

Ses news seront ensuite relues et seront validées ou refusées par les administrateurs.

Connexion
Mot de passe perdu ?
Pas encore membre ? Rejoignez les 5725 inscrits !

En vous inscrivant, vous aurez accès à la rubrique 16+ qui peut comporter des vidéos et des photos pouvant heurter la sensibilité de certaines personnes.

Par conséquent, en accédant à cette section, je certifie avoir + de 16 ans.



× cinq = 15


 

Figurines U.S Figurines Japonaises Figurines Sexy Tests Commentaires Forum GIB Collections Geek in box
Sections du site Figurines US Figurines Manga

Asama Tomo, Hanami par Kotobukiya, le Test Photo

Figurines articulées, Goodies JAP
Pas de peinture pas d'assemblage

Un test photo ça vous tente ? Si non, qu’est ce que vous foutez là ? Bref, après une Futayo Honda fort réussie, voici la plantureuse archère de Kyoukai Senjou no Horizon, Asama Tomo, accompagnée de son petit esprit divin Hanami. Et même si elle a de la gueule, certains aspects méritent un petit grumpy cat, histoire de dire que même Kotobukiya fait encore de vilaines bourdes.

Alors avant de s’intéresser à la demoiselle elle-même, jetons-un œil à la boîte… à la grosse boîte… A CETTE FUC**NG ENORMOUS BOITE !!! Parce que oui, cet abominable emballage est horriblement encombrant. Alors, OK, l’arc fait entre 35 et 40 cm, mais est-ce une raison pour sortir un bazar qui en fait facile 60cm ?? Même le poster compris dedans ne fait pas cette taille ! Olivia ou Sakuya Seraphim avaient aussi de grosses boîtes mais leurs ailes le justifiaient, alors que là, ça ressemble juste à un moyen de faire un cadeau aux services postaux.

Bref, passons au fil rouge de ce test. On a donc une Tomo en pleine séance de tir à l’arc, et pas pour le plaisir. Son expression concentrée contraste avec sa nature joviale et calme et s’accorde parfaitement à sa posture, droite, bras tendu, son imposant arc high-tech à la main. Et comme on a différents displays possibles, on va commencer par le plus simple, à savoir sans sa robe et le projectile déjà lancé. Et bien même comme ça, la pose est efficace et met en avant les généreuses mensurations de Tomo.

Les craquelures sur le sol, percé d’attaches aux pieds de la demoiselle, nous fait comprendre la puissance du tir. Le socle pourra paraître trop pauvre pour certains, mais compte tenu de la scène dont s’inspire cette pièce, il n’y a aucune réelle plainte à formuler concrètement. La présence de Hanami, tout sourire juste derrière, pour lui apporter son soutien, apporte une petite touche de légèreté à l’ensemble. Mais là où la figurine prend toute son ampleur, c’est clairement quand on lui ajoute sa « robe » qui se déploie sous forme de lames et que Tomo bande son arc avec sa « flèche » shinto. Le volume est alors quasiment multiplié par 2, ce qui la rend pour le moins imposante.

Maintenant que l’impression générale est passée, passons au plus important, la réalisation. Car comme il a été dit plus haut, Koto s’est salement viandé sur certains points : 2 en particulier. Le premier concerne le gantelet gauche de Tomo qui a droit à un gros défaut de peinture pas très jojo. Alors peut-être est-ce un défaut ponctuel, mais même de manière générale, les finitions sont loin d’être parfaites, notamment au niveau des traits noirs de la tenue. Et le pire : la flèche qui, comme vous pouvez le voir, est aussi tordu qu’un arbre croulant sous son propre poids. Vraiment dommage quand on considère le prix douloureux de la demoiselle.

Du côté des points positifs, parce qu’il y en heureusement, on notera la sculpture qui, elle, est très bonne, reproduisant parfaitement le corps généreux de Tomo et les particularités de sa tenue. Quant à l’installation des diverses parties, elle se fait sans difficulté. Aucun besoin de forcer pour la robe, ça rentre comme dans du beurre une fois le bon angle trouvé. Les cordes de l’arc s’échangent sans problèmes et le projectile tient facilement grâce à une attache fournie, à remplacer sur le gant gauche.

En conclusion, Kotobukiya s’est un peu foiré sur cette Asama Tomo même si, soyons honnête elle est loin d’être un échec. Mais vu ce qu’on a pu voir auparavant chez le fabricant, ce genre de production un peu bâclé reste pour le moins étonnant.

Articles similaires :

2 commentaires

  1. avatar Ailish le 10 août 2014 à 19:38

    elle est classe, surtout avec sa « robe », dommage pour les petits défauts

  2. avatar nico le 1 septembre 2014 à 20:36

    C’est clair qu’elle est vraiment bien et c’est vraiment dommage pour ses défauts.
    Le socle ne me choque pas, car je crois que Koto s’est basé de la scène où elle se tient sur le vaisseau pour tirer.
    Aujourd’hui, cette version de Koto est celle qui lui rend le plus honneur.

Laissez un commentaire


7 × six =

par

le
04/08/2014